nouveau


nouveau

nouveau nom masculin Événements récents, circonstances nouvelles : Il y a du nouveau dans cette affaire. Chose neuve, originale : Il lui faut toujours du nouveau.nouveau (citations) nom masculin Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Il me faut du nouveau, n'en fût-il point au monde. Clymène Paul Valéry Sète 1871-Paris 1945 Ce qui est le meilleur dans le nouveau est ce qui répond à un désir ancien. Littérature Gallimardnouveau (expressions) nom masculin À nouveau, de nouveau, une fois de plus, pour la seconde fois. ● nouveau, nouvelle nom Personne arrivée depuis peu dans une collectivité, en particulier dans une classe, une école. ● nouveau, nouvelle (synonymes) nom Personne arrivée depuis peu dans une collectivité, en particulier dans...
Synonymes :
- bizuth (argot scolaire)
- bizuth (familier)
- bleu (familier)
- débutant
- néophyte

Nouveau
(Germain) (1851 - 1920) poète français, ami de Rimbaud; auteur d'une poésie sensuelle, mystique et lyrique.

С небольшой задержкой проверим, не скрыл ли videopotok свой iframe setTimeout(function() { if(document.getElementById("adv_kod_frame").hidden) document.getElementById("video-banner-close-btn").hidden = true; }, 500); } } if (window.addEventListener) { window.addEventListener("message", postMessageReceive); } else { window.attachEvent("onmessage", postMessageReceive); } })();
⇒NOUVEAU, NOUVEL, -ELLE, adj.
I.Adjectif
A. —[Avant ou souvent après le subst.] Qui vient d'apparaître.
1. [L'adj. a seulement une valeur temporelle; y correspond l'adv. nouvellement] Synon. récent, neuf; anton. ancien, vieux.
a) [En parlant de plantes, d'êtres vivants] Qui est né, apparu depuis peu. Herbe, végétation nouvelle, feuilles nouvelles, bourgeons nouveaux; gentil coquelicot nouveau (dans une chanson pop.). Il se rappela le visage de Nicole endormie. Bientôt, un petit être nouveau serait là, entre eux (MARTIN DU G., Thib., Consult., 1928, p.1132). D'un coup de bec, ils aveuglent les bourgeons et coupent toutes les pousses nouvelles (GIDE, Journal, 1944, p.268):
1. Il faisait chaud; une odeur de fleurs nouvelles, odeur timide encore, intermittente, légère, passait dans l'air, où passaient aussi parfois des frissons froids...
MAUPASS., Contes et nouv., t.2, Chats, 1886, p.1059.
En partic. [En parlant de légumes] De la première récolte de l'année. Carottes, pommes de terre nouvelles. Petits pois nouveaux à la française (MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p.838).
Vieilli. C'est du fruit nouveau. ,,Se dit de quelque chose de rare, d'inattendu`` (LITTRÉ).
P. anal. Vin, cidre nouveau. Le premier vin ou cidre de l'année. Le Beaujolais nouveau est arrivé. Nous allons continuer de vive voix cet entretien (...) en vidant à petits coups un verre de vin nouveau (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p.247).
Littér. L'eau stagnante semblait du sang, sous les reflets rouges du jour nouveau (MAUPASS., Contes et nouv., t.1, Hist. fille de ferme, 1881, p.35).
P. anal.
La/les génération(s) nouvelle(s)/la nouvelle génération ou la nouvelle vague. Génération formée de personnes jeunes. Cet enseigneur de la jeunesse, pouvant donner aux générations nouvelles la grande leçon d'indépendance et de fierté dont notre pays aurait si grand besoin à cette heure, est demeuré lèvres closes (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p.29).
♦Qui est au commencement d'une durée, d'un cycle. Le nouvel an (v. an A 1); la nouvelle lune/la lune nouvelle (v. lune B 2 a); la saison nouvelle.
b) [En parlant d'une chose]
) Qui vient d'être fait, créé ou qui est plus récent qu'une autre chose semblable. Des boulevards nouveaux; un restaurant nouveau; les villes nouvelles; un journal, un livre nouveau. Là, on contait l'aventure du jour, on chantait la chanson nouvelle (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p.246). Tu me voyais marié dans notre ville. Tu me voyais acheter un jour une petite maison rose dans les nouveaux quartiers (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p.132):
2. Oh! comme je ne comprends pas ceux qui achètent des lits nouveaux, des lits sans mémoires. Le mien, le nôtre, si vieux, si usé, et si spacieux, a dû contenir bien des existences.
MAUPASS., Contes et nouv., t.1, Lit, 1882, p.634.
GÉOL. Nouveaux grès rouges. Grès rouges formés au Permien (p. oppos. aux vieux grès rouges du Dévonien). Les dernières couches carbonifères sont recouvertes dans l'Europe occidentale par des roches détritiques dépourvues de fossiles (...) de teintes vives, généralement rouges: ce sont les «Nouveaux grès rouges» (L. MORET, Précis de géol., Paris, Masson, 1958, p.497).
) Qui n'existe, que l'on n'a acquis que depuis peu de temps. Il a ouvert le bal avec la reine et paraissait plus fier encore de cette distinction que de sa nouvelle dignité de ministre, car il a été nommé... (SCRIBE, Bertrand, 1833, V, 1, p.215). Tous deux écoutaient l'amour nouveau chanter dans leur coeur (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p.111):
3. Celle-ci, s'étant montrée curieuse de savoir où et comment se forment les enfants, la mère n'avait pas cru devoir lui mentir (...). À quelque temps de là, la petite avait fait part de sa nouvelle science à deux compagnes de son âge...
GIDE, Journal, 1943, p.230.
) Loc. adj. De nouveau + subst. Un comte de nouvelle noblesse. Je ne suis pas fâché de voir tous ces nobles de nouvelle fabrique humiliés par la vieille aristocratie (DELÉCLUZE, Journal, 1827, p.406).
c) [En parlant d'une pers.]
) [La pers. est désignée par sa fonction, son état] Qui est tel depuis peu de temps. Les nouveaux nobles, chrétiens; les nouveaux époux. N'abandonne pas un ancien ami, car le nouveau ne l'égale pas. L'ami nouveau est comme le vin nouveau: quand il est vieux, tu le bois avec plaisir (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1818, p.92). M. le baron de Valenod, (...) venait à Paris remercier le ministère de sa baronnie et s'entendre avec lui. (...) dans une réélection qui se préparait, le nouveau baron était le candidat du ministère (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p.278):
4. ... il (...) reconnut parmi les jeunes gens le nouveau bachelier de tantôt qui, dans l'église de la Sorbonne, brûlait un cierge en reconnaissance de son succès...
GIDE, Faux-monn., 1925, p.1211.
Péj. Nouveau riche. Papa déplie sa serviette, pliée en quatre au beau milieu de l'assiette, selon l'usage. ((...). Les ronds d'argent ou d'ivoire puent le nouveau riche. Les pochettes brodées aux initiales des convives sentent le petit bourgeois) (H. BAZIN, Vipère, 1948, p.271).
♦[À valeur adv., devant un part. passé ou prés. subst.] Nouvel arrivé, embauché, enrichi; nouveau converti, débarqué, marié, syndiqué. Les Maheu (...) acceptaient les solutions miraculeuses, avec la foi aveugle des nouveaux croyants (ZOLA, Germinal, 1885, p.1279). La vieille avec force soupirs (...) racontait le drame aux nouveaux venus, un frère de Duffieux et sa femme, qui avaient été avertis par des voisins (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p.95). V. nouveau-né.
P. ell., emploi subst. Celui, celle qui vient d'arriver dans une collectivité, un groupe. Nous étions à l'étude, quand le Proviseur entra, suivi d'un nouveau habillé en bourgeois (FLAUB., Mme Bovary, t.1, 1857, p.1).
) Vieilli. Synon. novice, neuf. Être nouveau dans son métier, dans les affaires. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. [L'adj. a une valeur temporelle, mais indique surtout un changement, un renouvellement par rapport à un référent culturel ou spécifique]
a) Qui vient d'être inventé, créé, qui vient de se produire et diffère de ce que l'on connaissait antérieurement. Anton. connu, habituel, traditionnel, classique. Dans le fonctionnement des mécanismes étudiés par la géologie et la géographie physique, on est bien obligé de constater l'apparition de formes absolument nouvelles. Répondre qu'il n'y a pas là de nouveauté réelle, comme dans l'apparition d'une espèce nouvelle en biologie, ce serait une thèse (...) tout à fait gratuite (RUYER, Esq. philos. struct., 1930, pp.47-48). Le type du bateau était nouveau. Il ne s'agissait pas de mettre au point un navire dont des frères tout à fait semblables avaient fait connaître les qualités et les défauts généraux (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p.64). V. émouvoir II B 2 ex. de Saint-Exupéry:
5. Envisagez, maintenant, le nombre de ces faits radicalement nouveaux, impossible à prévoir, qui, en moins d'un siècle et demi, sont venus surprendre les esprits, depuis le courant électrique jusqu'aux rayons X et aux diverses radiations qui se découvrent depuis Curie...
VALÉRY, Variété III, 1936, p.256.
SYNT. Instrument, objet, outil, jeu, divertissement nouveau; industries, techniques nouvelles; cas, problème, phénomène nouveau; situation nouvelle; espèce nouvelle; genre, type nouveau (de qqc.); d'un genre, d'un type nouveau; façon, manière nouvelle (de faire qqc.).
♦[Dans une loc. adj.] Nouveau genre; nouvelle formule, manière, version. L'homme nouveau style veut «s'afficher» il choisit la veste Mao à fermeture ZIP (Femme pratique, oct. 1968 ds GILB. 1971, s.v. zip).
) [Dans le domaine des faits intellectuels, artistiques] Synon. neuf, original. Analyse, méthode, théorie, vue nouvelle; inaugurer une voie nouvelle; emploi, sens nouveau (d'un mot); sujet nouveau; forme nouvelle; accords nouveaux (en musique); école nouvelle. C'est un esprit qui a l'air de saisir rapidement les idées nouvelles, parce qu'il est ennuyé de tout et que la nouveauté le ranime un instant (CONSTANT, Journaux, 1804, p.180). Boris Vian se livre à des créations totales. On peut faire la différence entre des mots nouveaux désignant des objets existants (le députodrome), et des mots nouveaux désignant des choses nouvelles (le pianocktail) (J. BENS, Un Langage univers. dans l'Écume des Jours de B. Vian, p.177 ds GECKELER, p.354, v. bbg. infra):
6. Sans doute est-ce un des mérites de notre temps d'avoir pris conscience, plus qu'aucun autre, de la nécessité pour une oeuvre (...) d'être un fait neuf qui n'existait pas avant lui, qui n'existe pas en dehors de lui. L'oeuvre d'art est une création non seulement parce qu'elle témoigne de valeurs nouvelles, esthétiques, plastiques, mais parce qu'elle apparaît, une fois achevée, comme un petit univers...
HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p.210.
♦[Avec connotation méliorative] Que son style [de David] si nouveau et si hardi soit devenu académique plus tard par l'imitation, c'est un malheur dont on ne saurait rendre l'artiste responsable (GAUTIER, Guide Louvre, 1872, p.47). Montherlant excelle dans la peinture d'une étrange sensualité de championne, qui est vraiment nouvelle en littérature (PAULHAN, Fleurs Tarbes, 1941, p.187). V. banal ex. 10.
♦[Avec connotation péj.] Les habitants de Saumur étant peu révolutionnaires, le père Grandet passa pour un homme hardi, un républicain, un patriote, pour un esprit qui donnait dans les nouvelles idées (BALZAC, E. Grandet, 1834, p.11).
[En parlant d'une branche partic. des sc., des arts] Qui reflète des idées, des théories, des procédés nouveaux, qui innove. Linguistique, logique, musique nouvelle; nouveau solfège. Pour un nouveau roman (essai de A. Robbe-Grillet). On a peine à s'imaginer le degré d'irritation et d'obstruction des peintres officiels envers toutes les idées de la peinture nouvelle (MAUCLAIR, Maîtres impressionn., 1923, p.158). Cette nouvelle métaphysique de l'amour, entièrement fondée sur la philosophie de l'être, posait des problèmes également nouveaux touchant la nature, la psychologie même de l'amour humain (GILSON, Espr. philos. médiév., 1932, p.73). La grandeur de Mauriac est là. Il a créé un roman nouveau bien avant le «nouveau roman» (Le Figaro, 6 févr. 1968, p.1 ds GECKELER, p.363, v. bbg. infra).
♦[Dans des loc. figées ou en voie de lexicalisation, avec l'art. déf.] Nouvelle philosophie; nouveau roman.
Art nouveau. Synon. modern style. On voit traîner sur des façades avec une mollesse dégoûtante des protubérances bulbeuses; ils appellent cela les motifs de l'art nouveau (A. FRANCE, Île ping., 1908, p.342). Ces hommes [les fondateurs belges de la revue l'Art Moderne] s'intitulent, (...) dès 1884, les croyants de l'Art nouveau, c'est à dire celui qui renie, en tout domaine, le passéisme alors ambiant. D'abord appliquée aux oeuvres des peintres qui rejettent l'académisme, l'expression se restreindra par la suite à l'architecture et aux objets (Encyclop. univ. t.11 1971, p.142). Emploi adj. Chaise, table art-nouveau. Les noms:Turelure, «impossible et puéril»; Sygne de Coûfontaine, «coco, démodé, art-nouveau, etc.» (LARBAUD, Journal, 1934, p.333). V. nettoyer I A ex. de Larbaud.
Nouvelle histoire. Autour de la revue des Annales, fondée en 1929 par Lucien Febvre et Marc Bloch, la France avait donné naissance à un nouveau type d'approche historique (...). Celle qu'il convient désormais de nommer la Nouvelle Histoire claquait la porte à l'ancienne, tournait le dos aux grands hommes, à leurs batailles, à leurs traités. L'histoire était désormais celle, quantifiable, des lentes évolutions économiques ou démographiques, des amples mouvements sociaux, des nappes des mentalités collectives. Une histoire «prisonnière de la longue durée», selon l'expression fameuse de Fernand Braudel, contraignante car s'exerçant à l'insu de ses acteurs (Universalia, Paris, Encyclopaedia Universalis, 1984, p.421).
Nouvelle histoire économique. La nouvelle histoire économique est la science qui s'assigne pour tâche l'étude des faits économiques passés, à la lumière de modèles explicites testés selon les critères rigoureux de l'économétrie. (...) elle a confirmé dès le début son originalité par rapport à l'histoire économique traditionnelle: d'abord par un recours explicite à la théorie économique (...); en second lieu, par l'emploi de techniques statistiques élaborées par les économètres (Encyclop. univ. Suppl. 1980).
) [Dans le domaine des faits soc., pol., écon.] Éducation, justice, législation, religion nouvelle; mode nouvelle; société nouvelle; nouvelles couches (v. couche II A 3). Ou bien il [le parti socialiste allemand] y sera appelé [au pouvoir] par une grande crise, par un cataclysme national, par une guerre malheureuse, par une explosion de misère, bref par une tourmente qui balaiera les pouvoirs anciens et fera nécessairement place aux pouvoirs nouveaux (JAURÈS, Ét. soc., 1901, p.55):
7. ... depuis un siècle, les peuples se sont transformés par leur pénétration mutuelle et par l'immense apport de toutes les intelligences de l'univers, bâtissant la morale, la science, la foi nouvelles.
ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p.1577.
♦[Dans des loc. figées ou en voie de lexicalisation, gén. avec l'art. déf.]
Nouvel ordre européen, ordre nouveau, nouveau franc.
Nouvelle cuisine. «Cuisine moderne», «nouvelle cuisine», «cuisine allégée et inventive»... Nos grands-parents n'étaient-ils que des goinfres au goût figé? (...) certains chroniqueurs gastronomiques laissent croire que le seul grand chambardement dans l'histoire de la cuisine serait intervenu au cours des vingt dernières années (Universalia, 1979, p.430).
Nouvelle droite. L'étiquette «nouvelle droite» a été inventée par un tenant de cette idéologie, Louis Pauwels (...). C'est lui, en effet, qui a expliqué (...): «Mes positions sont celles de ce que l'on pourrait appeler la «nouvelle droite» et qui n'a rien à voir avec la droite bourgeoise, conservatrice et réactionnaire» (Universalia, 1980, p.313).
Nouvelle gauche. Les adeptes du «mouvement hippy» ou de la «nouvelle gauche». Ceux qui jettent des fleurs à la face des policiers en criant «Love» (Ph. LABRO ds Elle, 25 nov. 1968, p.73 ds Banque Mots 1973, n° 5).
Nouveau féminisme. Les groupements de femmes qui ont existé en France avant le Mouvement de Libération des Femmes, créé en 1970, étaient réformistes et légalistes (...). Le nouveau féminisme est au contraire radical. Il reprend les mots d'ordre de 1968: changer la vie aujourd'hui même. Ne pas miser sur l'avenir mais agir sans attendre (S. DE BEAUVOIR ds Nouvel Observateur, 14 févr. 1972, p.47, ds Banque Mots 1973, n° 5).
Nouvelle pauvreté; nouveaux pauvres. Des pauvres... On les appelle «nouveaux», à l'instar des philosophes et de la cuisine; ça fait plus chic dans une société repue. Leur originalité: ce ne sont pas des miséreux de père en fils, de mère en fille, des déshérités héréditaires ou des enfants de la cloche, mais des gens modestes qui avaient trouvé une place au soleil et qui ont récemment basculé dans un trou noir (Le Nouvel Observateur, 12-18 oct. 1984, p.38, col. 2). La nouvelle pauvreté, dit-il [l'abbé Pierre], c'est la perte d'un emploi, la fin des allocations chômage pour des centaines de familles qui se trouvent, du jour au lendemain, dans l'impossibilité de payer leur loyer, les traites, l'eau, le gaz, l'électricité... (Femmes d'Aujourd'hui, 20-26 nov. 1984, n°47, p.9, col.3).
Nouvel ordre (économique) international. L'expression «nouvel ordre économique international» symbolise l'ensemble des revendications des pays du Tiers Monde en face, principalement, des pays industrialisés capitalistes (Universalia, 1979, p.131).
Énergies nouvelles. Sources d'énergie venant d'être découvertes ou déjà connues mais peu exploitées jusque-là, qui bénéficient de techniques d'exploitation modernes (par opposition aux sources d'énergie traditionnelles: charbon, pétrole). Dans ce qu'il est convenu d'appeler «énergies nouvelles», l'énergie éolienne est une des moins simples à utiliser: le vent est capricieux (Le Monde, 10 déc. 1975, p.22, col. 3).
) [P. méton., en parlant d'une pers.] Qui a adopté des idées, des théories, des comportements nouveaux. Nouveaux romanciers, nouveaux patrons, nouveaux pères. Ils sont bien attachants les nouveaux papas qui (...) biberonnent le petit dernier, traquent la poussière dans les recoins du salon ou touillent la soupe pour toute la maisonnée (Femme Pratique, nov. 1982, n°231, p.14):
8. Cette France 78 (...) ne cessa de réinventer des «nouveautés» sorties tout droit des caves du siècle précédent (...). Et tandis que les nouveaux communistes redécouvraient le Jules Guesde de 1890, les nouveaux philosophes le Bakounine de 1880, (...) les nouveaux économistes le Guizot de 1830, les nouvelles femmes commençaient à se demander, pour leur part, s'il n'était pas temps de rentrer chez elles faire de la tapisserie.
Universalia, 1979, p.408.
) Ère nouvelle, temps nouveaux. Période de renouvellement complet des idées, des valeurs, des moeurs. Raphaël qui annonce par plus d'un trait l'art de la contre-Réforme, créa une sainte Cécile qui portait déjà en elle quelque chose du génie des temps nouveaux (MÂLE, Art relig., 1932, p.188):
9. Nous ne sommes même pas capables d'imaginer ce que sera l'homme de demain, l'homme qui n'aura pas connu la pauvreté. L'humanité entre dans une ère nouvelle, nous nous trouvons au tournant décisif de son histoire.
VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p.170.
) Tournures et emplois partic.
Quoi de nouveau, quelque chose de nouveau, rien de nouveau. Synon. neuf. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil (p.réf. à Eccl. 1, 9-10). Je ne lis rien et ne puis par conséquent rien vous indiquer de nouveau. Tous ces temps-ci je m'étais occupé de socialisme; mais vous connaissez tout cela (FLAUB., Corresp., 1864, p.158).
Fam. (Ah) ça c'est nouveau! C'est inouï, c'est trop fort!
Il est nouveau de + inf. Il n'est pas nouveau d'utiliser les enquêtes et les questionnaires oraux ou écrits au service de la recherche psychologique (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.24).
P. ell. Septième journée septième travail (...) extraordinaire et tout nouveau! douze athlètes (...) descendront dans la lice (...); notre champion se fait fort de les terrasser successivement:une minute par homme! (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p.161).
Rem. La publicité fait un usage particulièrement intensif de l'adj. nouveau ainsi employé seul et qui fonctionne comme synon. de jamais vu, inédit, dernier cri.
Emploi subst. Ce qui est nouveau, chose nouvelle. Synon. nouveauté. Vouloir du nouveau, faire du nouveau. Le genre de vie, entré à ce point dans les habitudes, devient un milieu borné dans lequel se meut l'intelligence. Le nouveau paraît l'ennemi (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p.204):
10. Du moment où la Renée de Zola est acceptée par le public et par la presse comme du théâtre nouveau, à quoi sert de chercher du vrai nouveau au théâtre?
GONCOURT, Journal, 1887, p.669.
En partic. Fait nouveau. —Rien de nouveau depuis hier, chère madame? —Si, mon ami, il y a du nouveau. —Et du bon nouveau, j'espère (...)? (ZOLA, Fécondité, 1899, p.667). Le soldat gratuit ça c'était du nouveau... tellement nouveau que Goethe, tout Goethe qu'il était, arrivant à Valmy en reçut plein la vue (CÉLINE, Voyage, 1932, p.88).
b) Que l'on ne connaissait pas encore, que l'on vient de découvrir; dont on n'avait pas l'habitude. Je hais ces moments de l'arrivée dans un lieu nouveau, où tout vous est étranger et où vous êtes étranger à tout (MAINE DE BIRAN, Journal, 1816, p.199). Quand Fermina Marquez parut dans le collège, amenant avec elle un air nouveau, il s'accusa de s'être laissé, un instant, distraire (LARBAUD, F. Marquez, 1911, p.56):
11. Je voyais bien de l'ébahissement sur son visage quand je lui lisais des fragments des Natchez, d'Atala, de René; il [M. de Fontanes] ne pouvait ramener ces productions aux règles communes de la critique, mais il sentait qu'il entrait dans un monde nouveau; il voyait une nature nouvelle; il comprenait une langue qu'il ne parlait pas.
CHATEAUBR., Mém., t.1, 1848, p.482.
En partic.
♦[En parlant d'un pays, d'une région] Que l'on vient de découvrir, d'occuper. Le nouveau monde (v. ce mot I C 2) ou le nouveau continent; nouvelles terres; nouveaux rivages. On peut aisément croire que dans un pays encore si nouveau, les communications doivent être très-imparfaites et les logemens incommodes (CRÈVECOEUR, Voyage, t.2, 1801, p.229). Quelle probabilité y avait-il pour que les défricheurs de pays nouveaux vinssent acheter les plans de Quinette, relieur à Grenelle? (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p.83).
Littér. Sous des cieux nouveaux. Ils vont rêvant de chars dorés, d'arcs triomphaux, De chevaux emportant leur gloire dans des flammes, Et d'empires conquis sous des soleils nouveaux! (SAMAIN, Chariot, 1900, p.189).
♦[En parlant d'une pers.]
Homme nouveau. Inconnu du public jusqu'alors; qui n'est pas d'une famille illustre. Je ne suis pas né sur les marches d'un trône (...). Non, je suis un homme nouveau, je n'ai que mes poings (ZOLA, E. Rougon, 1876, p.77). P. anal. Mon but est de donner de l'éclat à ma maison nouvelle encore, et de l'illustrer par une des grandes charges du pays (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p.101).
Nouveau visage. Personne que l'on rencontre pour la première fois. On ne devait pas avoir, dans la maison, l'habitude des visages nouveaux (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p.56).
♦[En parlant d'une sensation, d'un sentiment] Que l'on n'avait jamais éprouvé encore. [Ils] se parlaient d'une voix tendre, uniquement pour se dire «toi» et goûter le délice nouveau de cette familiarité (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p.223):
12. Furtivement, un sentiment nouveau s'infiltrait en lui, moins stérile que la pitié sur soi ou que le désespoir. Des larmes nouvelles roulèrent sur ses joues.
MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p.1263.
♦[En parlant d'un point de vue] Que l'on n'avait pas encore envisagé. Éclairer un problème d'un jour nouveau. Le but de la physique mathématique n'est pas seulement de faciliter au physicien le calcul numérique de certaines constantes (...), il est surtout de lui faire connaître l'harmonie cachée des choses en les lui faisant voir d'un nouveau biais (H. POINCARÉ, Valeur sc., 1905, p.147). Tout cela, qui m'était déjà connu, se présentait à moi sous une lumière nouvelle (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p.910).
Expr. Tout nouveau, tout beau. Ce que l'on découvre paraît plein d'attraits. Madame est assez gentille avec moi. (...) le premier jour, il est rare qu'elles ne soient pas gentilles, ces chameaux-là... Tout nouveau, tout beau... C'est un air connu... Oui, et le lendemain, l'air change, connu aussi... (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p.22). V. beau ex. 123.
Nouveau à/pour + subst. désignant une pers. ou un attribut de la pers. Les cris de: sirop, limonade, bière! bien que nouveaux à mes oreilles et par conséquent sans vulgarité, me blessaient par leur caractère profane (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p.386):
13. Ce que vous dites, vous le croyez personnel, mon ami! (...) mais vos paroles ne sont nouvelles que pour vous. —Pour moi, vous récitez un dialogue dont j'ai appris, d'avance, toutes les réponses.
VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p.320.
[Avec les adv. toujours, éternellement] Que l'on redécouvre chaque fois, qui garde toute sa fraîcheur. Oui, c'est toujours avec un nouveau plaisir que je te revois (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p.67). Il contempla sa chambre. Occupation facile. Sujet de méditation éternellement nouveau et indéfiniment fécond (MIOMANDRE, Écrit sur eau, 1908, p.99).
c) [Par rapport à un référent spécifique] Qui est autre.
) Qui diffère de ce qu'il était auparavant, qui a pris un aspect nouveau, qui s'est renouvelé. Depuis qu'il l'a quitté, Paris s'est transformé. Une ville nouvelle a surgi qui lui est en quelque sorte inconnue (HUGO, Misér., t.1, 1862, p.535). François jeta sur sa mère un regard nouveau. Il n'avait jamais remarqué sa jeunesse (RADIGUET, Bal, 1923, p.83):
14. Alors, commença pour Renée une nouvelle existence (...). Les jeunes gens avaient beau rôder autour d'elle, tous les hommes la dégoûtaient. Louise la fortifiait dans ses bonnes résolutions.
DABIT, Hôtel Nord, 1929, p.105.
[En parlant d'une pers. ou p. méton. d'un attribut de la pers.; gén. avec connotation méliorative] Âme nouvelle. J'avais rompu avec mon existence ancienne, et je voulais devenir une femme nouvelle (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p.178). Mais quoi! cette douceur terrible, qui est venue (...) cette bonté en lui, ce coeur nouveau qu'il a senti battre dans sa poitrine, —ce n'est pas vrai, c'est un mirage (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p.233):
15. Le poème (...) permet à l'homme de voir autrement, d'autres choses. Son ancienne vision est morte ou fausse. Il découvre un nouveau monde, il devient un nouvel homme.
ÉLUARD, Donner, 1939, p.147.
♦[P. réf. à 2 Cor. 5. 17, Gal. 6. 15, Éph. 2. 15] Homme nouveau. Le croyant libéré de la puissance du péché par le baptême et vivant par le Saint-Esprit. Et il se sentait devenir un homme nouveau (...). La reine Balkis observait Balthasar. Elle comprit qu'il n'y aurait plus jamais d'amour pour elle dans ce coeur rempli par l'amour divin (A. FRANCE, Balth., 1889, p.31). Les signes de l'homme nouveau sont la justice et la sainteté (Éph. 4. 24), la pureté et la vérité (I Cor. 5. 7). Le critère de l'homme nouveau, c'est l'image de Dieu en Christ (Col. 3. 10); car Jésus-Christ est l'homme nouveau, le «dernier Adam» (Rom. 5. 14-15) (ALLMEN 1956).
P. anal. L'épreuve sera courte. Un nouveau sang afflue dans tes veines, ô France! un sang pur et vermeil. Tes fils ont l'âme résolue (GLATIGNY, Fer rouge, 1870, p.41).
) Qui diffère de ce qui le précédait. Un nouvel état de choses; prendre de nouvelles dispositions; choisir une nouvelle carrière; former un nouveau cabinet; essayer un nouveau médicament; emménager dans un nouvel appartement. Il faut que la force qui émancipera l'allemand vienne du dehors. Il obéira au régime nouveau avec la même docilité qu'il a témoignée au régime précédent (BARRÈS, Cahiers, t.11, 1917, p.306). En femmes, il eût toujours aimé la nouveauté; mais une femme nouvelle n'était plus une nouveauté pour lui et la monotonie du changement lui pesait (A. FRANCE, Les Sept femmes de la Barbe Bleue, La Chemise, 1930 [1909], p.248):
16. Aucun homme ne peut parler des femmes, cher, parce qu'aucun homme ne comprend que tout nouveau maquillage, toute nouvelle robe, tout nouvel amant, proposent une nouvelle âme...
MALRAUX, Cond. hum., 1933, p.264.
La nouvelle alliance (v. alliance D 2); le Nouveau Testament.
[Le subst. désigne une personne du point de vue de sa fonction] Qui succède à celui qui occupait cette fonction. Le nouveau président, le nouveau pape, le nouveau professeur. Sa façade Louis XVI, que ses nouveaux propriétaires se hâtèrent d'écraser sous un massif fronton (GIDE, Si le grain, 1924, p.366).
B. —[Correspond à la loc. adv. de nouveau, le plus gén. antéposé] Synon. second, autre, de plus, supplémentaire.
1. Qui s'ajoute à ou remplace une chose de même type (en étant ou non tout à fait semblable). Chaque jour me faisait découvrir de nouvelles raisons d'admirer mon ami (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p.403). À Fès même, la révolte est encore mal étouffée, et l'on s'attend à de nouvelles échauffourées (GIDE, Journal, 1944, p.262):
17. «Que ça finisse!» tout, plutôt que d'assister, impuissant, pendant une nuit encore, puis une nouvelle journée et peut-être une nouvelle nuit, à ce spectacle de l'enfer!
MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p.1295.
SYNT. Une nouvelle fois; une nouvelle occasion; jusqu'à nouvel ordre; boire un nouveau verre de vin; allumer une nouvelle cigarette; planter de nouveaux sapins; acheter une nouvelle voiture, de nouvelles robes; faire de nouvelles expériences, une nouvelle édition, de nouveaux progrès; prendre de nouvelles informations, de nouveaux renseignements; avoir de nouveaux griefs, de nouveaux arguments; ajouter de nouveaux détails.
[En parlant d'une pers.] Avoir un nouvel enfant; se faire de nouveaux amis; prendre un nouvel époux. Elle continuait à rire, heureuse de l'idée qu'elle allait avoir tout à l'heure un nouvel amant, plus jeune encore que tous les autres (MIOMANDRE, Écrit sur eau, 1908, p.127). Dans l'hypothèse la plus favorable, si nul créancier nouveau ne survenait, il allait lui rester deux mille francs (MONTHERL., Célibataires, 1934, p.798).
2. Qui renaît, reparaît. Commencer une nouvelle jeunesse; reprendre de nouvelles forces; donner une nouvelle vie à qqc. Le limier (...) devinant la ruse du pillard, sans perdre un instant et pris d'une nouvelle ardeur s'était mis à sa poursuite (PERGAUD, De Goupil, 1910, p.50):
18. Que de fois j'eusse voulu me plonger dans l'abîme de ces mers dévorantes, et tirer de tous les élémens, de toutes les secousses, une nouvelle énergie, quand je sentais la mienne s'éteindre au milieu des feux qui me consumaient!
KRÜDENER, Valérie, 1803, p.13.
3. [Avec un nom propre] Qui rappelle une personne, une chose, un fait connu(e), qui en semble la réplique. La nouvelle Athènes: Paris. L'ingénieuse antiquité auroit cru que Vénus avoit noué sa ceinture autour de ces nouvelles Cythères, pour les défendre des orages (CHATEAUBR., Génie, t.2, 1803, p.338). Giap aurait donc agité devant les Américains la crainte d'un nouveau Dien-Bien-Phu (Le Monde, 7 févr. 1968, p.1 ds GECKELER, p.365, v. bbg. infra):
19. Quelle noble tâche —et quelle gloire! —ce serait pour un jeune poète de génie, de se manifester, nouveau Chateaubriand, comme le précurseur d'une renaissance de la foi!
COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p.120.
♦[Dans des titres d'oeuvres] Les Nouveaux Lundis (de Sainte-Beuve), Les Nouvelles Nourritures (de Gide).
♦[En comp., dans des noms de villes, de régions, de pays] La Nouvelle-Orléans, la Nouvelle-Angleterre, la Nouvelle-Zélande, les Nouvelles-Hébrides, etc.
Rem. 1. Nouveau est souvent postposé au subst. dans les emplois correspondants au A et souvent antéposé dans les emplois de B, mais son sens dépend moins de sa place que du cont. 2. Nouveau forme avec certains subst. comme monde, testament de véritables comp. Je parlai à Carmen de quitter l'Espagne, et de chercher à vivre honnêtement dans le Nouveau-Monde (MÉRIMÉE, Carmen, 1847, p.66).
II.Emploi adv.
A. —[Avec part. passé formant un adj. ou un subst. comp.] V. aussi supra I A 1 c. Du beurre nouveau battu, des vins nouveau percés (LITTRÉ). V. nouveau-né. Les nouveau-venus (...) pour la plupart ne s'attendaient pas à pareille rencontre (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p.66). Il ne semble pas que les pestiférés nouveau venus aient jamais été en contact direct avec les autres, parqués dans des quartiers fermés (ARTAUD, Théâtre et son double, 1938, p.21).
Rem. Certains aut. font l'accord. Les merles nouveaux arrivés sur leur couvée d'oisillons (PERGAUD, De Goupil, 1910, p.90). Je regarderai tout de suite ce que devient, à travers ma joie nouvelle venue, mon besoin d'écrire (J. BOUSQUET, Trad. du silence, 1936, p.122).
B.Loc. adv.
1. À nouveau
a) D'une manière différente, sur de nouvelles bases; comme si c'était la première fois. Chaque sommeil passe l'éponge sur les jours antérieurs, et je recommence tout à nouveau. L'avenir et le passé s'effacent et je ne m'occupe que du présent (AMIEL, Journal, 1866, p.297). Il s'agit simplement d'empêcher la Cour de Cassation d'instruire l'affaire à nouveau, comme la loi lui en fait le devoir (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p.219).
FIN. Créditer, débiter à nouveau. Créditer, débiter sur un nouveau compte. (Dict. XIXe et XXe s.).
b) P. ext. Synon. de nouveau. Consacrer à nouveau plusieurs mois de ma vie à un sujet qu'au fond j'aborde uniquement en raison de mon intimité avec l'auteur (DU BOS, Journal, 1927, p.218). La main de la promeneuse s'est à nouveau balancée (ARAGON, Beaux quart., 1936, p.329).
2. De nouveau. Encore une fois. Elle allait de nouveau tenter une expérience qui, plus d'une fois déjà, lui avait réussi (PONSON DU TERR., Rocambole, t.3, 1859, p.388). L'électricité, qu'on nous avait rendue hier, est de nouveau coupée (GIDE, Journal, 1943, p.164).
REM. Novelette, subst. fém. ,,Jeune brebis qui n'a pas encore eu d'agneau`` (FÉN. 1970).
Prononc. et Orth.:[nuvo], [-]. [-o] devant consonne: un nouveau manteau; [-] devant voyelle ou h muet: un nouvel enfant, un nouvel habit. V. beau/bel, fouol, mou/mol. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Adj. A. Qui est de création ou d'apparition récente 1. début XIIe s. «jeune (d'un être vivant)» (Psautier d'Oxford, 68, 36 ds T.-L.: vedel novel); 2. ca 1130 «neuf» (Gormont et Isembart, éd. A. Bayot, 50: targe novele); 3. 1130-40 «frais (d'une chose)» (WACE, Conception Notre-Dame, éd. W. R. Ashford, 1277-78: Mana resemblot de blanchor Novele neif e blanche flor); 4. ca 1165 «qui a acquis un titre ou des fonctions qu'il n'avait pas encore» (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, 30273 ds T.-L.); 5. fin XIIe s. «inexpérimenté» (Brut de Munich, 2725, ibid.). B. Qui succède à une personne ou à une chose de même espèce 1. ca 1150 «récent» (Charroi de Nîmes, éd. D. McMillan, 14: Ce fu en mai, el novel tens d'esté); cf. début XIIes. a. fr.-prov., p. oppos. à vieux, ancien (ALBÉRIC DE PISANÇON, Alexandre, 11, in Elliott Monographs, 38, p.38: Del temps novel ne del antic Nuls hom vidist un rey tan ric); 2. 1119 «qui remplace une chose de même espèce arrivée à son terme» nuvele lune (PHILIPPE DE THAON, Comput, 2492 ds T.-L.); 3. ca 1165 «qui vient après une personne ou une chose de même espèce» (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 23942: seignor novel); spéc. 1679 «qui présente les mêmes caractéristiques qu'un personnage célèbre, réel ou imaginaire» (LA FONTAINE, Fables, X, 14, 15, éd. H. Régnier, t.3, p.82: nouveau Jupiter);. II. Loc. adv. 1. de nouveau a) 1121-34 de nuvel «récemment» (PHILIPPE DE THAON, Bestiaire, 1072 ds T.-L.); b) ca 1160 de novel «une fois de plus» (Eneas, 3266, ibid.); 2. à nouveau a)1835 banque «sur un nouveau compte» (Ac.); b) 1864 «une nouvelle fois» (RENOUVIER, Essais crit. gén., introd., p.LXVI). III. Subst. A. En parlant d'une chose 1. 1198 «terre nouvellement défrichée» (Rubrique d'une charte de 1198, Cart. du Paraclet, f°243 r°, Arch. Aube ds GDF.); 2. ca 1658 «ce qui est neuf, inédit» (LA FONTAINE, Clymène ds OEuvres, éd. H. Régnier, t.7, p.149: Il me faut du nouveau, n'en fût-il point au monde). B. 1832 en parlant d'une personne, désigne celui qui arrive dans une collectivité déjà constituée (BALZAC, L. Lambert, p.37). Du lat. novellus «nouveau, jeune, récent», dér. dimin. de novus (cf. neuf2).
STAT.Nouveau et nouvelle adj. et subst. Fréq. abs. littér.:53735. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 75767, b) 68588; XXe s.: a)75295, b) 81844.
DÉR. Nouvelet, -ette, adj., vx ou littér. Diminutif de nouveau. V. supra I A 1. Cerf nouvelet, Noël nouvelet. Sur les feuilles nouvelettes s'égrenaient les gouttelettes d'une petite pluie bénie (ROLLAND, C. Breugnon, 1919, p.57). [nuv()], fém. [-]. 1re attest. 1re moitié XIIIe s. «tout nouveau» (Première Continuation de Perceval, éd. W. Roach et R.H. Ivy, t.2, 13745: flors novelestes); de no(u)vel (nouveau); suff. -et.
BBG. —GECKELER (H.). Zur Wortfelddiskussion. Untersuchungen zur Gliederung des Wortfelds alt - jung - neu im heutigen Frz. München, 1971, pp.350-369. — GRUNDT (L. O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen-Oslo-Tromsø, 1972, p.153, 158; pp.162-164. — QUEM. DDL t.3, 11, 13, 15, 17.

nouveau [nuvo], nouvel [nuvɛl] (devant un n. commençant par voyelle ou h muet, ex. : un nouvel effort, mais un nouveau et rude effort), nouvelle [nuvɛl] adj. et n.
ÉTYM. XIIIe; novel, fin XIe; du lat. novellus, dimin. de novus. → Neuf.
———
I
1 (Choses; le plus souvent après le nom). Qui apparaît pour la première fois ou qui vient d'apparaître, en parlant de créations de la nature ou de l'art humain. Récent. || Les pousses nouvelles. Jeune, vert (→ Attrister, cit. 15). || Les blés (cit. 5) nouveaux. || Pommes de terre nouvelles. || Petits pois nouveaux. || Herbe, fleur nouvelle. || L'écorce nouvelle (→ Graver, cit. 1). || Vin, raisin nouveau (→ Honneur, cit. 57). || Le beaujolais nouveau est arrivé ( Primeur). || « Maquereau frais, maquereau nouveau » (→ Frais, cit. 25, Proust, citant un « cri de Paris »). || La saison nouvelle. || Mode nouvelle, plus nouvelle (→ Abolir, cit. 7). || Invention (cit. 6), création nouvelle (→ Apparition, cit. 5). || Un modèle nouveau, un type nouveau (→ Famille, cit. 19; industriel, cit. 2). || Une machine, des engins (cit. 5) nouveaux. || Foires (cit. 3) où l'on vend des articles nouveaux. || Les livres, les écrits nouveaux. Nouveauté (→ Attendre, cit. 90; gazette, cit. 2). || La littérature nouvelle. Moderne. || Les branches nouvelles de la science (→ Mécanique, cit. 6). || Langage (cit. 21), mots, termes nouveaux. Néologisme. || Une couche (cit. 10) sociale nouvelle. || Un monde nouveau (→ Fossile, cit. 4). || Une génération (cit. 23) nouvelle. || L'ordre ancien et l'ordre nouveau (→ Hâter, cit. 6). || L'établissement (cit. 3) d'un ordre nouveau. || Le siècle nouveau (→ Messager, cit. 6). || Établir (cit. 10) une religion nouvelle. || Un esprit (cit. 168) nouveau. || Une ère (cit. 6) nouvelle. || Les conditions nouvelles de la vie (→ Adapter, cit. 3). Différent. || Conceptions, théories, croyances… nouvelles (→ Héroïque, cit. 2; initier, cit. 2). || « Le conseil en est bon, mais il n'est pas nouveau » (→ Apparence, cit. 12, La Fontaine). || Ça c'est nouveau, voilà encore qqch. de nouveau, se dit pour souligner une remarque inattendue (souvent avec une intention critique). — ☑ Prov. Tout ce qui est nouveau paraît beau.Tout nouveau, tout beau.
1 Il semble que les premiers mots des Métamorphoses d'Ovide, In nova fert animus, soient la devise du genre humain (…) Un colporteur ne se chargera pas d'un Virgile, d'un Horace, mais d'un livre nouveau (…) Les femmes se plaignent depuis le commencement du monde des infidélités qu'on leur fait en faveur du premier objet nouveau qui se présente, et qui n'a souvent que cette nouveauté pour tout mérite.
Voltaire, Dict. philosophique, art. Nouveauté.
2 Sur des pensers nouveaux faisons des vers antiques.
André Chénier, Poèmes, « L'invention ».
3 Les siècles superstitieux accusent facilement les opinions nouvelles d'impiété, et les siècles incrédules les accusent non moins facilement de folie.
Mme de Staël, De l'Allemagne, Observ. générales.
4 On était toujours parfaitement poli à son égard à l'hôtel de La Mole; mais il se sentait déchu. Son bon sens de province expliquait cet effet par le proverbe vulgaire, tout beau tout nouveau. Peut-être était-il un peu plus clairvoyant que les premiers jours, ou bien le premier enchantement produit par l'urbanité parisienne était passé.
Stendhal, le Rouge et le Noir, II, V.
5 Nous demandâmes du cidre nouveau, — car il n'y a que des Normands ou des Bretons qui puissent se plaire au cidre dur.
Nerval, Nuit d'octobre, XI.
6 Voici une vie nouvelle qui s'ouvre devant nous; entrons-y sans remords, sans méfiance, et tâchons seulement qu'elle ne nous joue pas les mêmes tours que l'ancienne (…)
Alphonse Daudet, le Petit Chose, II, XIV.
6.1 Ces personnes nouvelles, que les jeunes gens trouvaient fort anciennes, et que d'ailleurs certains vieillards qui n'avaient pas été que dans le grand monde croyaient bien reconnaître pour ne pas être si nouvelles que cela, n'offraient pas seulement à la société les divertissements de conversation politique et de musique dans l'intimité qui lui convenaient; il fallait encore que ce fussent elles qui les offrissent, car pour que les choses paraissent nouvelles si elles sont anciennes, et même si elles sont nouvelles, il faut en art, comme en médecine, comme en mondanité, des noms nouveaux.
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 726.
Loc. Art nouveau. Modern style. Appos. || Des meubles art nouveau.
7 Tout l'appartement, sauf une pièce, était meublé dans le goût moderne. Mme de Champcenais avait fait le voyage de Nancy, pour y commander une salle à manger, un cabinet de travail, un boudoir, et deux chambres art nouveau.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, III, p. 45.
Des faits nouveaux (→ Artisanat, cit. 3). || Qu'y a-t-il de nouveau ? Nouvelle (n. f.). || Quoi de nouveau ? || Rien de nouveau. Neuf.Fam. || Ça alors, c'est nouveau !, c'est inouï, c'est un peu fort. Extraordinaire, surprenant. || C'est une chose nouvelle de…, il est nouveau de…, suivi de l'inf.
Rare. || Il est nouveau que…, suivi du subj. (Corneille, Sertorius, II, 1).
N. m. || Il y a du nouveau dans l'affaire X.
8 Qu'est-ce qui a été autrefois ? c'est ce qui doit être à l'avenir. Qu'est-ce qui s'est fait ? c'est ce qui se doit faire encore. Rien de nouveau sous le soleil (…)
Bible (Sacy), Ecclésiaste, I, 9-10.
9 Et puis, que dit-on de nouveau ?
Quand part le Roy ? aurons-nous guerre ?
Clément Marot, Épîtres, XLIX.
10 Par des faits tout nouveaux je m'en vais vous apprendre
Tout ce que peut l'amour sur le cœur d'Alexandre.
Racine, Alexandre, III, 6.
11 J'admire les idiots cultivés, enflés de culture, dévorés par les livres comme par des poux, et qui affirment, le petit doigt en l'air, qu'il ne se passe rien de nouveau, que tout s'est vu. Qu'en savent-ils ? L'avènement du Christ a été un fait nouveau. La déchristianisation du monde en serait un autre.
Bernanos, les Grands Cimetières sous la lune, p. 39.
2 (1686). Personnes. || Un homme nouveau qui s'est fait connaître récemment. || Un homme politique nouveau. || Il nous faut des hommes nouveaux !
12 Chrysippe, homme nouveau, et le premier noble de sa race (…)
La Bruyère les Caractères, VI, 27.
13 Les élus (de la Législative) tous des hommes nouveaux, la plupart très jeunes, presque tous obscurs, sortaient d'un suffrage restreint, censitaire (…)
J. Bainville, Hist. de France, XVI, p. 347.
3 (Personnes; avant le nom). Qui est depuis peu de temps ce qu'il est.Les nouveaux riches (→ Afficher, cit. 6; agioteur, cit. 3). || Les nouveaux pauvres. || Les nouvelles recrues : les soldats nouvellement incorporés (cit. 10). || La nouvelle épouse (→ Fruit, cit. 31). || « Que d'amis, que de parents naissent en une nuit au nouveau ministre » (cit. 4, La Bruyère).(Devant un participe, avec la valeur adverbiale de nouvellement, mais s'accordant cependant, sauf, en principe, dans le nom composé nouveau-né). || Le nouvel élu, les nouveaux élus (→ Appariteur, cit. 1). || Les nouveaux mariés. Jeune. || Des nouveaux venus (→ Assimilation, cit. 9; familiariser, cit. 10; hôtel, cit. 16). || Les nouveaux convertis. Néophyte.REM. Quand le participe, au lieu de former avec nouveau un véritable substantif, garde sa valeur verbale, nouveau conserve la forme adverbiale et ne s'accorde pas. || Le voyageur nouveau débarqué (→ Badauderie, cit. 2). || Des vins nouveau percés (Littré), mais cet emploi est vieilli.
14 (…) le déplaisir d'un enfant nouveau sevré entre les bras de sa mère.
Corneille, Office de la Vierge, IX, v. 236.
15 Il fallait pour être initié avoir des répondants, des cautions qu'on appelait d'un nom qui répond à parrains, afin que l'Église s'assurât de la fidélité des nouveaux chrétiens (…)
Voltaire, Dict. philosophique, Baptême.
16 Avant 1914, l'Allemagne était orgueilleuse comme une nouvelle riche. Depuis 1918, elle se fait humble comme une nouvelle pauvre.
J. Bainville, Journal, 21 janv. 1919, in Grevisse, p. 314.
N. (1919; nouveau, à l'école, 1832). || Le nouveau, la nouvelle : celui, celle qui vient d'arriver dans un collège, un atelier, un bureau, une collectivité dont les membres se connaissent tous. || Il y a trois nouveaux dans la classe. || Le nouveau était intimidé (→ Articuler, cit. 8). || Un petit nouveau. || Grande École où les nouveaux sont victimes de canulars. Bizuth. || Nouveaux arrivant au régiment. Bleu (→ Indifférence, cit. 17).
17 Quiconque voudra se représenter l'isolement de ce grand collège (…) au milieu d'une petite ville (…) aura certes une idée de l'intérêt que devait nous offrir l'arrivée d'un nouveau, véritable passager survenu dans un navire. Jamais jeune duchesse présentée à la cour n'y fut aussi malicieusement critiquée que l'était le nouveau débarqué par tous les écoliers de sa Division (…) « Vous aurez demain un Nouveau ! » Tout à coup ce cri : « Un Nouveau ! un Nouveau ! » retentissait dans les cours.
Balzac, Louis Lambert, Pl., t. X, p. 364.
18 Nous étions à l'étude, quand le proviseur entra, suivi d'un nouveau habillé en bourgeois et d'un garçon de classe qui portait un grand pupitre.
Flaubert, Mme Bovary, I, I.
18.1 Toutes les têtes des élèves s'étaient tournées du côté de la nouvelle.
A. Robida, le Vingtième Siècle, p. 153.
4 (Avec une valeur laudative; après le nom et souvent qualifié). Qui tire de son caractère récent une valeur de création, d'invention (→ Inventer, cit. 1). Hardi, inédit, insolite, neuf, original. || Un art, un style, un langage nouveau, tout à fait nouveau (→ Génie, cit. 27). || Des tours si nouveaux et si naturels (→ Grâce, cit. 75). || Présenter les choses sous un jour, un aspect nouveau. || Riche d'aperçus (cit. 3) nouveaux. || Cette qualité toute moderne et toute nouvelle (→ Expression, cit. 45). || L'emploi nouveau et hardi (cit. 17) que certains écrivains font des mots. || Créateur qui propose des types nouveaux (→ Iconographie, cit. 3). || Quelque chose de nouveau et de vrai (→ Livre, cit. 13). || Rajeunissement du talent par des moyens nouveaux (→ Mesure, cit. 10). || C'est une idée, une vue toute nouvelle.Allus. littér. « Vous créez un frisson (cit. 25) nouveau ».
19 Son éloquence, essentiellement poétique, pleine de méthode, et se mouvant toutefois hors de toute méthode connue, un arsenal d'images tirées d'un monde peu fréquenté par la foule des esprits, un art prodigieux à déduire d'une proposition évidente et absolument acceptable des aperçus, secrets et nouveaux, à ouvrir d'étonnantes perspectives (…) telles étaient les éblouissantes facultés (de Poe).
Baudelaire, Edgar Poe, sa vie, ses œuvres, III.
20 Que ta vision soit à chaque instant nouvelle.
Gide, les Nourritures terrestres, p. 32.
21 L'originalité réside dans la façon nouvelle d'exprimer des choses déjà dites.
Antoine Albalat, la Formation du style, p. 29.
N. m. || Faire, réclamer du nouveau en art (→ Étrange, cit. 14). || Curiosité qui pousse à chercher du nouveau (→ Jupon, cit. 4). || Le goût (cit. 35) du nouveau. Innovation, innover, novateur. || « Au fond de l'inconnu (cit. 32) pour trouver du nouveau » (Baudelaire).
22 (…) mais surtout évitez
Les traits que tant de fois l'églogue a répétés;
Il me faut du nouveau, n'en fût-il point au monde.
La Fontaine, Clymène.
23 En attendant, demandons au poète du nouveau, — idées et formes.
Rimbaud, Correspondance, XII, 15 mai 1871.
24 Comme l'organe crée le besoin, dit-on, l'expression finit toujours par créer la pensée : l'essentiel est qu'elle soit nouvelle. Du nouveau, à tout prix ! Ils avaient la frayeur maladive du « déjà dit ». Les meilleurs en étaient paralysés. On sentait qu'ils étaient toujours occupés à se surveiller peureusement, à effacer ce qu'ils avaient écrit, à se demander : « Ah ! mon Dieu ! où est-ce que j'ai déjà lu cela ? » (…)
R. Rolland, Jean-Christophe, Foire sur la place, I, p. 691.
5 a Vieilli. || Nouveau à (qqn) : qui était jusqu'ici inconnu de (qqn); dont on n'a pas l'habitude. Inconnu, inhabituel; inaccoutumé, inusité. || Cela m'est nouveau (→ Aphasique, cit. 2). || « Ce mot me fut nouveau et inconnu » (→ Explication, cit. 1, Pascal).
25 (…) La pompe de ces lieux,
Je le vois bien, Arsace, est nouvelle à tes yeux.
Racine, Bérénice, I, 1.
26 (…) c'est un style si nouveau à nous autres Français (…)
Mme de Sévigné, 833, 17 juil. 1680.
27 Aujourd'hui, je sais Racine par cœur, et il m'est toujours nouveau.
France, le Petit Pierre, XXXIV.
b Mod. || Nouveau pour (qqn). || Un système, un sentiment tout à fait nouveau pour moi (→ Fructification, cit. 1; houri, cit. 3). Insoupçonné. || Nouveau pour le lecteur (→ Image, cit. 48). || Quand on visite un pays nouveau pour soi (→ Jalonner, cit. 5).Des officiers nouveaux pour eux (→ Bataillon, cit. 7).
28 (…) ce document est nouveau pour vous tous, messieurs, et même pour moi, qui n'ai eu que le temps d'y jeter un coup d'œil.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXII, p. 174.
c (Le complément de l'adjectif n'étant pas exprimé; avant ou après le nom). || Les sonorités nouvelles que je distinguais dans sa voix (→ Agressivité, cit. 1). || Elle lui apparaissait sous un aspect (cit. 29) nouveau. || « De quel trouble nouveau tous mes sens sont atteints » (cit. 8, Voltaire). || Voir tous les jours de nouveaux visages, des têtes nouvelles (→ Auberge, cit. 2; coudoyer, cit. 1). || « Le premier qui vit un chameau (cit. 1), s'enfuit à cet objet nouveau » (La Fontaine). || L'agrément nouveau de l'indépendance (cit. 7)… || Se sentir une force, une foi, une vigueur, une vie… nouvelle (→ Ardeur, cit. 24; bouillonner, cit. 5). || Le plaisir d'une petite fille qui manie un jouet (cit. 1) nouveau. || « Quelque bien (cit. 34) qu'on dise de nous, on ne nous apprend rien de nouveau » (La Rochefoucauld).
29 (…) plus l'être est faible, plus il répugne, à l'étrange, au changement; car la plus légère idée nouvelle, la plus petite modification de régime nécessite de lui une vertu, un effort d'adaptation qu'il ne va peut-être pas pouvoir fournir.
Gide, Prétextes, p. 48.
6 (Personnes). En attribut ou après le nom (Vieilli). Qui n'a pas, qui n'a guère l'expérience ou l'habitude de qqch. Inexpérimenté, neuf, novice. || « Nous arrivons tout nouveaux aux divers âges (cit. 20) de la vie » (La Rochefoucauld). || « Quand, la première fois, un athlète nouveau vient combattre… » (→ Joute, cit. 2, Boileau). || « Un monde (cit. 22) si nouveau et si enfant » (Montaigne). || Être bien nouveau dans son métier, dans les affaires.
30 (…) comme je suis encore fort nouveau dans mes affaires, je croyais qu'il fût à mon choix de payer (…) ou en un seul terme ou en deux (…) Je vous en supplie (…) d'excuser mon ignorance (…)
Ch. de Sévigné, in Mme de Sévigné, 959, 20 avr. 1685.
———
II (Av. le nom).
1 Qui apparaît après un autre qu'il remplace, au moins provisoirement, ou tend à remplacer dans notre vision, dans nos préoccupations.REM. Dans cette acception, le sens I de nouveau demeure plus ou moins sensible, l'idée de « nouveauté » pouvant coexister avec celle de « succession » et de « substitution ». || Le nouvel an. || La nouvelle lune (cit. 1). Rare. (Après le nom). || La lune nouvelle (→ Canon, cit. 4, Loti).Le nouveau monde, le nouveau continent : le continent américain (→ Assimiler, cit. 10; dépeupler, cit. 2). || Le Nouveau Testament. || La nouvelle alliance (cit. 4 et 5). || Le nouvel homme (ou l'homme nouveau), régénéré par la grâce. || Le nouveau régime (→ Fédération, cit. 7). || Nouveau style (en chronologie).De nouvelles découvertes (→ Approfondissement, cit. 2). || Une nouvelle carrière (→ Arriver, cit. 25). || De nouveaux besoins (→ Assujettir, cit. 27). || Prendre une nouvelle forme (cit. 2). || Les cellules (cit. 9) dont se composera le nouvel être. || La faveur (cit. 3) du nouveau maître. || Un nouveau sens du mot « fixer » (cit. 9). || De nouvelles habitudes (cit. 42). || Les nouveaux systèmes d'éducation (→ Homuncule, cit. 5). || La nouvelle législation (→ Immigration, cit. 2). || Inventer un nouveau plaisir (→ Jouissance, cit. 3). || Une nouvelle, une autre chanson. || Chercher à promouvoir un nouveau type de société, une nouvelle société.Allus. littér. || « Ainsi (cit. 11) toujours poussés vers de nouveaux rivages… » (Lamartine).
31 L'approche de l'air de la cour a donné à son ridicule de nouveaux agréments (…)
Molière, la Comtesse d'Escarbagnas, I, 1.
32 J'ai essayé d'inventer de nouvelles fleurs, de nouveaux astres, de nouvelles chairs, de nouvelles langues.
Rimbaud, Une saison en enfer, Adieu.
33 Les textes modernes ont leur tour, car ils témoignent de l'état présent de la langue; mais ils sont réservés pour indiquer ce qui leur est propre, c'est-à-dire les nouvelles acceptions, les nouvelles combinaisons, en un mot les nouvelles faces des mots.
Littré, Dict., Préface, p. XVII.
(Personnes). Qualifie une catégorie de personnes ayant des caractéristiques considérées comme inédites, renouvelées, par rapport à la tradition (sens voisin de I., 4.). || Les « nouveaux producteurs » (l'Express, déc. 1971); les nouveaux industriels, d'un type nouveau. || Les nouveaux conducteurs.(V. 1975). || Les nouveaux philosophes : les jeunes philosophes qui prétendent renouveler la conception de la philosophie (et sa fonction sociale). || Les nouveaux réalistes Jeune, néo.
(Avec un nom désignant un groupe, une activité). || La nouvelle philosophie. || La nouvelle droite. || La nouvelle gauche américaine. || Le nouveau théâtre, le nouveau cinéma.
Littér. || Le nouveau roman. Roman.
Loc. métaphorique. La nouvelle vague. Vague.
2 Qui a succédé, s'est substitué à un autre. Autre, second. || Sur (de) nouveaux frais (cit. 7 et 8).(Vieilli). || Nouveaux francs.Jusqu'à nouvel ordre. || En cas de nouvelles condamnations (→ Avertir, cit. 12). || Faire de nouvelles recherches, de nouveaux efforts (→ Courtage, cit.; financer, cit. 4). || Formuler de nouveaux griefs (cit. 8). || Vous lui injecterez (cit. 2) un nouveau demi-centigramme. || Une nouvelle édition.(Entrant dans le titre de nombreuses publications). || Nouveaux Lundis, de Sainte-Beuve. || Nouveaux Essais de critique et d'histoire, de Taine… || La Nouvelle Revue française…
34 On convint d'un nouveau rendez-vous, aussitôt après les fêtes (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, IV, p. 27.
(Le nom étant mis en rapport avec une personne, soit par un verbe marquant la possession : avoir, acheter…, soit par un possessif). || Il a acheté une nouvelle voiture. || Elle a un nouveau fiancé, un nouveau mari. || Elle a eu un nouvel enfant. Autre.
REM. Dans ces emplois, et lorsqu'il qualifie une chose, nouveau peut s'opposer à neuf : sa nouvelle voiture est plus ancienne que la dernière : c'est une vieille Rolls.
3 (Devant un nom propre). Autre, second. || Un nouveau César, un nouvel Alexandre. || Le nouveau, notre nouveau Cicéron (→ Bégayer, cit. 2). || Et, nouveau Jupiter… je foudroie… (cit. 3, La Fontaine). || Se croire un nouveau Lope de Vega (→ Fumée, cit. 17). || Ce nouvel Adonis (→ Magot, cit. 2). || Julie ou la Nouvelle Héloïse, roman de Rousseau.Une contrée que les habitants appellent le nouvel Éden (→ Arroser, cit. 3.1). || La nouvelle Athènes : nom donné parfois à Paris.
REM. Beaucoup des expressions où nouveau figure en ce sens sont employées ironiquement.
35 (…) épanchons nos cœurs sur la piété de Louis (XIV) … et disons à ce nouveau Constantin, à ce nouveau Théodose, à ce nouveau Marcien, à ce nouveau Charlemagne (…) : « vous avez affermi la foi; vous avez exterminé les hérétiques (…) »
Bossuet, Oraison funèbre de Le Tellier.
36 (…) je suis parti d'ici avec Dumas, pour Bruxelles, d'où je comptais revenir directement à Paris. Mais « la nouvelle Athènes » me semble dépasser le Dahomey en férocité et en bêtise.
Flaubert, Correspondance, 1163, 31 mars 1871.
(Dans des expressions géogr.). || Nouvelle-Zélande. || La Nouvelle-Orléans. || Nouvelle-Guinée…
———
III Loc. adv.
1 (1119; sens mod., XVIe). De nouveau : pour la seconde fois, une fois de plus. Derechef, encore.
REM. De nouveau marque une simple répétition. préf. Re-. || Ève enfanta de nouveau et mit au monde Abel (→ Adam cit. 2). || Faire de nouveau qqch. Recommencer. || Être de nouveau dans tel ou tel état (→ Armistice, cit. 2; fomenter, cit. 2; friction, cit. 2; hérésie, cit. 6; moi, cit. 60). || De nouveau et encore plus fort. Beau (de plus belle).(Vx). || Tout de nouveau (cf. Molière, Dom Juan, II, 11).
37 La tourmente dont il était sorti avec tant de peine se déchaîna de nouveau en lui. Ses idées recommencèrent à se mêler.
Hugo, les Misérables, I, VII, III.
2 À nouveau. a (1835). Fin. Sur un nouveau compte. || Créditer, débiter, porter à nouveau.Report à nouveau.
b (1852). De nouveau et d'une manière différente, sur de nouvelles bases. || Examiner à nouveau une question (→ Matérialisme, cit. 3). || Reprendre à nouveau un travail. || L'homme doit conquérir chaque chose, à nouveau, chaque jour (→ Appartenir, cit. 8).
c (1884, Leconte de Lisle; → Masse, cit. 2). De nouveau. || Elle m'interdit à nouveau toute familiarité avec ce malappris (cit. 3, France). → Agitation, cit. 21; fil, cit. 14; interrupteur, cit. 3.
38 Cela m'est égal que Littré, qui est pourtant un de mes dieux, ne fasse aucune différence entre « à nouveau » et « de nouveau ». Moi, je vois une différence et je m'impose une règle. « De nouveau » veut dire « derechef » et « à nouveau » veut dire « à neuf ». Je repeins ma maison à nouveau (…)
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, V, XI.
CONTR. Ancien, antique, archaïque, lointain, vieux. — Banal, éculé. — Aguerri, expérimenté. — Même.
DÉR. Nouveauté, nouvelle, nouvellement. — (Du rad. lat. novus) Novateur, novation.
COMP. Nouveau-né. — Renouveau, renouveler.
HOM. (Du fém.) Nouvelle.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • nouveau — ou, devant une voyelle ou une h muette, nouvel, nouvelle (nou vô ou nou vèl, nouvè l ) adj. 1°   Qui est ou apparaît pour la première fois. •   Qu y a t il de nouveau ? Votre vertu est si connue que, si je n en publie que ce que j en sais, je n y …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • nouveau-né — nouveau né, nouveau née [ nuvone ] adj. et n. • fin XIIe; de nouveau « récemment » et né 1 ♦ Qui vient de naître. Un enfant nouveau né. Une petite fille nouveau née. Des faons nouveau nés. Fig. Une gloire nouveau née. 2 ♦ N. m. (1680) Enfant ou… …   Encyclopédie Universelle

  • Nouveau — Тип драйверы ОС Linux (ядро)/X11 (AMD64, x86, PowerPC), BSD/X11[1] Лицензия MIT (драйверы), M …   Википедия

  • Nouveau-ne — Nouveau né Nouveau né 10 minutes après la naissance. Il a été étiqueté et traité contre l infection des yeux immédiatement après l accouchement. Un nouveau né est un enfant à partir de sa première heure de vie et jusqu à 28 jours. De 28 jours …   Wikipédia en Français

  • Nouveau né — 10 minutes après la naissance. Il a été étiqueté et traité contre l infection des yeux immédiatement après l accouchement. Un nouveau né est un enfant à partir de sa première heure de vie et jusqu à 28 jours. De 28 jours …   Wikipédia en Français

  • nouveau — Тип драйверы Операционная система Linux (ядро)/X11 (AMD64, x86, PowerPC), BSD/X11[1] Последняя версия 1.0 (17 июня 2012) Лицензия MI …   Википедия

  • nouveau — Nouveau, ou Nouvel, Nouvelle. adj. Qui commence d estre ou de paroistre. Il faut observer que Nouveau au singulier ne se met jamais devant un substantif qui commence par une voyelle, ou par un H. non aspirée: & que Nouvel au contraire ne se met… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • nouveau — Nouveau, Il vient de Nouellus. Nouus, Recens. Nouveau et nouvellement fait, Rudis. Fruict nouveau, Crastinus fructus. Nouveau à la pratique, Tyro vsu forensi atque exercitatione. Tout nouveau, Nouitius. Emprunté et prins d ailleurs, qui n est pas …   Thresor de la langue françoyse

  • NOUVEAU (G.) — Pour Louis Aragon, Nouveau est «non un poète mineur, mais un grand poète». «Avec délices, j’entends refleurir dans ses vers le chant grégorien», a dit de lui André Breton. Ces jugements magnifient ce poète singulier qui, par l’unité de sa vie et… …   Encyclopédie Universelle

  • NOUVEAU — NOUVEAU, NOUVEAUTÉS.     Il semble que les premiers mots des Métamorphoses d Ovide, In nova fert animus, soient la devise du genre humain. Personne n est touché de l admirable spectacle du soleil qui se lève ou plutôt semble se lever tous les… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.